• Instagram Black Round

QUI SUIS-JE ?

Julia, 30 ans.

Parisienne expatriée à Genève.

Mariée depuis Juin 2015, happy Mom d'une petite Olive depuis Septembre 2016.

J'adore lire, Danse Avec Les Stars et traîner sur Pinterest.

Je déteste le yoga et le jambon.

POSTS RÉCENTS: 

February 26, 2019

Please reload

PAR CATÉGORIE: 

Please reload

Règles d'or pour choisir un bon prénom

April 13, 2019

 

Alors que nous sommes en plein dans l’exercice, je propose de vous livrer les règles, parfaitement subjectives et totalement discutables, que nous comptons suivre pour choisir un (et dans notre cas deux) prénom(s) qui déchire(nt) et qu’on ne regrette pas.

NB: La rédaction décline toute responsabilité en cas de vexation que cet article pourrait déclencher chez ses lecteurs.

 

 

Règle numéro 1 : Réunir deux prénoms adorés en un prénom composé inventé, tu éviteras


Vous adorez Gabin et votre moitié Mathis ? Vous ne parvenez pas à trancher entre Olympe  et Rose ? Non, non, non et non ! Mathis-Gabin ou Olympe-Rose ne sont pas des bons compromis ! Ils n’existent pas et comme ce ne sont pas des prénoms composés « classiques » que tout le monde connait comme Pierre-Antoine ou Lily-Rose, les gens risquent de trouver que c’est une fantaisie trop compliquée à assimiler et décideront probablement de s'en tenir à Mathis ou Olympe. Point barre. Bref, trop d’inventivité tue l’inventivité. Seule exception tolérée : si vous êtes un rappeur américain célèbre ou une starlette de télé réalité alors le monde saluera votre créativité à l’annonce de la naissance de votre petit Bronx-Mowgli ou Kylie-Sunday.

 

 

Règle numéro 2 : L’internationalité du prénom tu vérifieras

 

Je suis sûre qu’il y a dans la salle des personnes aux prénoms bien gaulois qui voient exactement de quoi je parle. Pas facile facile d’expliquer à ses collègues américains qu’on s’appelle « Hortense » sans provoquer l’hilarité générale ou de faire prononcer « Mayeul » à environ 99% des nationalités. Il faut garder en tête que nos enfants vont voyager, étudier et travailler à l’étranger encore plus que nous, donc je pense que ça vaut vraiment le coup de faire valider ses prénoms préférés par au moins un English native-speaker. C’est en consultant ma cousine américaine qu’on a décidé d’éliminer Côme de notre short-list de prénoms masculins lorsqu’elle nous a rappelé à juste titre que l’accent circonflexe sautait en Anglais et que ton fils s’appelle donc « Jouis » pour tous les anglophones de la planète...

 

 

Règle numéro 3 : Le confort d’un prénom classique tu ne négligeras pas

 

Alors j’ai conscience qu’on ne va pas forcément suivre cette règle pour les prénoms de nos twins, mais c’est quelque chose que j’ai beaucoup apprécié pour notre Numéro 1… Avant la naissance on avait une short-list de 4 prénoms féminins plus ou moins originaux et nous avons finalement opté pour « Olivia », pas original mais pas non plus trop répandu. Et bien je dois dire que j’ai adoré annoncer à tout le monde la naissance et ce joli prénom tout simple, sans besoin d’une notice explicative. Que ce soit la famille, les amis, les jeunes, les vieux, les collègues étrangers, américains, russes ou chinois, TOUS connaissent le prénom et c’est assez agréable au fait. Aujourd'hui, j'apprécie toujours autant répondre « Olivia » à la pharmacienne, au secrétariat de la mairie ou le serveur du resto quand ils me demandent le prénom de ma fille. Jamais besoin d'épeler ou de répéter. Finalement, je me rends compte que j’aime de plus en plus les choix des parents qui se démarquent avec un prénom classique comme Clémence (dédicace à ma nièce patate d’amour <3), ou Martin, plutôt qu’une Lou ou un Marcel qui étaient considérés comme hyper originaux il y a plusieurs années mais figurent désormais dans les Top 10 ou 20 des prénoms les plus donnés.

 

 

Règle numéro 4 : Adopter une orthographe originale pour te démarquer, tu oublieras

 

Personnellement, je ne comprends pas le principe de modifier l’orthographe d’un prénom pour être original… Un prénom est avant tout fait pour être « dit » oralement. Du coup j’ai toujours trouvé ça étrange les gens qui t’annoncent la naissance de « Hadrien avec un H » ou « Lou-Ahn mais en deux mots ». Je comprends la volonté de démarcation, mais je trouve que c’est une telle complication à se mettre sur les épaules... Après, si vous êtes italien et que l’orthographe Giulia vous parle plus que Julia, ça me paraît tout à fait légitime de suivre votre instinct, mais pour les orthographes juste fantaisistes, pourquoi vouloir compliquer la vie de votre enfant et le faire détester de tous les services administratifs toute sa vie… ?

 

 

Règle numéro 5 : Espérer la déclinaison d’un prénom en un diminutif précis, tu oublieras

 

J’ai entendu plusieurs fois des futurs parents qui penchaient pour un prénom et avaient déjà une idée hyper précise du surnom qui y serait associé. Exemple : « Ce sera Raphaël mais on l’appellera Ralph. » ou encore  « Emmanuelle mais on dira Emma ». Encore une fois je comprends la démarche de se dire on fait d’une pierre deux coups, on choisit un joli prénom (souvent long) ET le petit nickname cute qui va avec (souvent plus original). En réalité, vous avez beau choisir le prénom Joséphine et souhaiter que les gens la surnomment « Philly », si ses potes de collège décident de l’appeler « José » et ben ce sera José et vous ne pourrez rien y faire. Bref, il faut vraiment que vous aimiez le prénom à 300% et pas davantage le surnom. Ou alors si vous avez vraiment une grosse passion pour le surnom, adoptez le comme prénom ! C’est le fabuleux destin qu’ont connu les désormais très célèbres Lily ou Charlie.

 

 

Enfin, la dernière et la plus importante de toutes les règles qui vaut encore beaucoup plus que les cinq précédentes est : choisissez le prénom qui vous fait plaisir et n’écoutez que vous. Vous allez le prononcer 42,927,521 fois dans les 60 prochaines années, alors faîtes vous confiance et cessez d'écouter les avis des uns et des autres et surtout de lire des articles de blog sur le sujet ;)

 

 

 

Please reload