• Instagram Black Round

QUI SUIS-JE ?

Julia, 30 ans.

Parisienne expatriée à Genève.

Mariée depuis Juin 2015, happy Mom d'une petite Olive depuis Septembre 2016.

J'adore lire, Danse Avec Les Stars et traîner sur Pinterest.

Je déteste le yoga et le jambon.

POSTS RÉCENTS: 

February 26, 2019

Please reload

PAR CATÉGORIE: 

Please reload

Quand le p’ti deuxième cache le p’ti troisième...

January 13, 2019

 

 

Quel meilleur sujet pour ressusciter sur la blogsphère de la maternité que l’annonce d’une deuxième grossesse ? Et quelle grossesse les amis, quelle grossesse…

 

Après un premier baby, il ne faut pas attendre la fin de la rééduc du périnée pour que votre entourage vous demande pour quand est prévu le p’ti deuxième… Et plus les mois passent, plus ce cher entourage se sent légitime de foutre les pieds dans le plat, voire même de faire ses propres p’tits deuxièmes, ce qui vous fait vous-même vous poser la question de votre propre timing.

Alors voilà, après 2 ans d’amour inconditionnel et 100% exclusif pour notre gros Patachou, nous avons franchi le pas et décidé d’accueillir un autre minuscule dans notre joyeuse famille bordélique…

 

L’annonce de cette grossesse a été une immense source de joie pour tous les deux et l’émotion ressentie est restée intacte par rapport à celle d'un certain jour de Janvier 2016.

Le premier mois de grossesse s’est parfaitement déroulé, encore moins malade que pour le gros Patachou (si c’est possible…), plus fatiguée en revanche (mais bon, on ne se repose pas autant avec une pile électrique de 2 ans dans les jambes que seule devant Netflix…) et enfin et surtout beaucoup plus détendue sur les soit-disant interdictions de grossesse (Sushis surgelés ? ça paaaasse... Fromage à pâte dure : A volonté évidemment ! Fromage au lait cru : Ca vaaaa… Sur 1000 femmes enceintes combien croisent vraiment le chemin de la grande méchante listériose…? Laver ses légumes au vinaigre blanc : Et pourquoi pas leur appliquer un masque détox avant consommation tant qu’on y est ?!)

 

Le premier rendez-vous de contrôle est pris pour 8SA et les semaines passent paisiblement.

 

Ah si, seul fait marquant de ce début de deuxième grossesse, mon ventre est déjà bien rond. Alors que pour Olive je désespérais à 3 mois et demi de voir un jour mon ventre s’arrondir, là, à moins de 8 SA, j’arborais déjà la silhouette d’une femme enceinte de 6 mois le soir après des pâtes bolo. La vieille de l’écho, une amie en visite à la maison me taquine sur mon ventre, qui, pour être déjà si visible, doit bien en contenir 2 ou 3. Rires…

 

Le 5 Novembre dernier, c’est donc très excités que nous nous rendons à ce premier rendez-vous gynéco. Pour Olivia, à ce stade (8SA), nous avions fait déjà 5 ou 6 échos, ayant appris la grossesse par la gynéco elle-même au tout début qui nous a fait revenir très régulièrement par (over ?) précaution tout au long du premier trimestre. Cette fois-ci donc, nous nous attendons à ce que cette première rencontre soit d’autant plus émouvante que nous devrions voir à l’écran une forme mi-humaine, mi-tétardesque, et pas seulement une « poche ». Bref, c’est la grosse excitation.

 

Super feeling avec ce nouveau doc, qui se réjouit que ce début de deuxième grossesse se passe bien pour moi, ne cache pas son étonnement quand j’annonce le poids de naissance de l’éléphanteau Olive et se réjouit de nous accompagner dans cette nouvelle aventure. Il nous indique qu’aujourd’hui il s’agit juste de s’assurer que le baby est là où il devrait être et puis, de voir combien ils sont, hein ? Parce que ça pourrait toujours nous être utile pas vrai ?! Rires. Je me souviens alors que l’idée m’a traversé l’esprit en me déshabillant durant les quelques secondes qui ont précédées l’écho. « Ah oui tiens, et s’ils étaient deux… ? Mon dieu… Et si… »

 

L’écho débute. Nos yeux sont rivés sur l’écran. À peine 5 secondes se sont écoulées que j’entends le doc murmurer quelque chose dans sa barbe. Quoi ? Je ne m’en souviendrai jamais. Mais je le sais, c’est ça. Il est question de « surprise » et le ton est plutôt enjoué. Pas la mauvaise surprise qu’un médecin prendrait le risque de murmurer dans sa barbe juste à côté des patients et après seulement 3 secondes d’examen. Je ne dis rien et mon cœur commence à battre à en sortir de la poitrine. Mon dieu. Je regarde l’écran pour confirmer mon intuition. Je ne vois rien. Je ne comprends rien. C’est gris avec des tâches blanches, des tâches noires et puis des tâches grises aussi. Où faut-il regarder ? Que faut-il regarder ? Aucune idée. Je ne peux qu’attendre. Je n’ose même pas jeter un regard à Sweety Pie.

Le doc se tourne vers nous et nous dit sur un ton très solennel, qu’il prend quelques secondes pour regarder ce qu’il a à regarder et qu’il nous parle ensuite. Bien sûr Doc ! Je sais ô combien, avant d’être émouvante et rigolote pour les futurs parents, l’écho est un examen sérieux durant lequel il faut laisser le médecin se concentrer et ne pas l’assaillir de questions superficielles avant qu’il ait vérifié les vraies choses essentielles. 

20 secondes passent. Peut-être plus. Mon cœur bat si fort que je pense que ça voit à travers mon pull. Et puis finalement, il nous parle. D’abord la vraie grosse bonne nouvelle de cette écho : « Bon tout va bien, tout est là où ça devrait être donc c’est rassurant. » Puis il pivote sa chaise un peu plus vers nous. Son visage est chaleureux, rassurant et un peu rieur. Il marque une pause, se redresse puis me demande : « Bon, ça va ? Vous êtes bien assise dans votre fauteuil ? ».

Ok, je le savais. C’est ça. C’est maintenant. Il va le dire. Il faut que ça sorte, que mon cœur se calme ou il ne va pas survire à cette épreuve. Il place alors son échographe sur un endroit bien choisi et se tourne vers nous plusieurs fois avec l’air de celui très satisfait de l’angle qu’il a trouvé. On ne voit toujours rien, mais ce petit jeu me confirme une dernière fois ce qu’il s’apprête à nous annoncer.

 

« Alors ici, il y a le bébé.

 

Pause. Puis déplacement de l’échographe de quelques millimètres.

 

…Et là, il y a un autre bébé… »

 

Please reload